Home Idées-débats

A propos du rapport sur l'intégration

Idées

Le rapport sur l'intégration des Français d'origine étrangère qui a été remis au Premier Ministre Jean Marc Ayrault le 13 novembre 2013 fait  couler beaucoup d'encre. Ce rapport propose une refonte de la politique d'intégration et la création d'une société  française "inclusive" qui devrait assumer la dimension "arabo-orientale" de son identité et reconnaître toutes les migrations comme constitutives de la nation. En découle une  vingtaine de recommandations indispensables dont la mise en oeuvre conditionne la réussite du projet.

Nous proposons, ci-après, le point de vue, sur ce rapport, de François Kersaudy, historien, biographe, écrivain et professeur d'université Paris Sobonne1, publié dans une chronique de l'hebdomadaire Le Point du 30/12/2013. En dépit de son  parti pris idéologique (un anti-marxisme exacerbé, notamment), Kersaudy met  clairement en évidence le caractère paternaliste voire carrément néocolonial de la vision qui a présidé à l'élaboration de ce rapport.

 

Francois Kersaudy: "Rapport sur la désintégration"

 

"Il est aisé de gouverner un monde imaginaire, habité par des certitudes, mais quand le monde réel surgit, patatras !" Ce beau résumé des délices de l'opposition et des embûches du pouvoir n'est pas de François Hollande, mais de son grand inspirateur François Mitterrand. "Tonton", lui, était passé entre les gouttes grâce à un parti aux ordres, à des ruses grandes et petites, à une France encore prospère malgré deux chocs pétroliers, et surtout à un environnement encore peu mondialisé qui pardonnait toutes les âneries économiques.

N'ayant plus rien de tout cela, François Hollande doit naviguer à la godille sur un marais asséché, en évitant les fondrières du gauchisme, les mines de l'intégrisme, les récifs du grand capital, les dérives de l'idéologie sectaire, les bourrasques des bourdes ministérielles, les cataractes du déficit, les hauts-fonds de la fureur populaire et les raz-de-marée électoraux de l'année à venir. Dès lors, le capitaine et son second ont choisi de ramer au plus près du rivage, en propulsant l'esquif à coups de petites astuces : mariage pour tous, générosité à crédit, chasse aux voix et discours moralisateurs. Hélas ! Avec leur rapport sur l'intégration, ils semblent avoir trop chargé la barque...

 

Le sens des émeutes de Ghardaïa

Idées

Des affrontements ont opposés, durant plusieurs jours, les jeunes des quartiers mozabites aux "Chaambies" des quartiers arabes de Ghardaïa; Une armada de policiers et de gendarmes a été dépêchée sur place pour le maintien de l'ordre. Kamal Eddine Fekhar, militant politique et défenseur des droits de l'homme explique, dans une déclaration à El watan (31/12/2013), les causes  des agressions récurrentes que subit depuis l'Indépendance la population mozabite de Ghardaïa.

"Il y a une politique d’Etat  programmée pour effacer

l’identité mozabite"

actualité cliquer ici 


Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

- D’abord, qu’est-ce qui a déclenché, selon vous, ces événements qui ont ébranlé Ghardaïa ?

Je note d’emblée que les gens ne cherchent que le sensationnel. «Combien y a-t-il eu de morts ?» ; «Combien de blessés ?» ; «Comment cela a commencé ?» ; «Le wali s’est réuni avec les imams et les notables»… C’est un scénario vraiment périmé qu’on nous sort à chaque fois. Cela n’a aucun sens de s’interroger sur la manière dont les événements ont commencé, parce que cela va se répéter.Depuis 1962, c’est la même histoire qui recommence.

voir vidéo: cliquer ici

Ça ne s’e  st jamais arrêté. C’est un film d’horreur qu’on est en train de vivre, avec différents épisodes. Il y a une volonté politique, une politique d’Etat affirmée et confirmée pour détruire l’identité d’un groupe, et cela s’appelle un ethnocide. Pourtant, c’est une identité qui ne devrait déranger personne. On est chez nous, on est dans les terres de nos parents, je parle une langue différente, on a une pratique un peu différente de la religion. Voilà tout.

Mais le pouvoir essaie depuis l’indépendance de casser cette société qui est très structurée à la base. Il ne faut pas oublier que les Mozabites ont vécu durant des siècles dans le désert. Il n’y avait pas d’Etat central. Ils étaient obligés de compter sur eux-mêmes, de se structurer à travers desinstitutions qui gèrent tous les aspects de la vie : religieux, social, économique, et même le côté défense. Et heureusement d’ailleurs, sinon il n’y aurait plus de Mozabites depuis des lustres. Ni les Ottomans ni les autres dynasties n’ont mis les pieds ici. Ce n’est qu’après l’invasion française qu’un étranger a pu dominer cette région. Après l’indépendance, il y a eu une politique d’Etat programmée pour effacer l’identité mozabite. Cette identité est composée de deux volets : sur le plan ethnique, elle fait partie des sept composantes de l’identité amazighe. L’autre volet, c’est l’ibadisme qui est une école religieuse islamique modérée, pacifique et qui s’appuie sur la logique. Il y a les Moatazilites qui sont très proches de l’école ibadite et qui prônent le rationalisme.

 

Appel pour la liberté de conscience

Idées

Vidéo de Samia Ait Taharà propos du "déjeuner républicain"

Ramadan : "Appel pour la liberté de conscience en Kabylie" (21 juil. 13)
- 22 juillet

"Nous, citoyens de Kabylie, qui assistons à une inquisition de plus en plus provocatrice et assumée de la part du régime algérien, notamment en période de ramadan, pendant lequel des citoyens sont pourchassés et persécutés par des agents zélés de l’Etat, avons décidé de ne plus accepter l’inacceptable.

 
Plus d'articles...