Home Autres personnes

Autres personnes

Lounes Matoub

Les gens de chez nous

Mis à jour (Samedi, 19 Juillet 2014 15:39)

 

Lydia GUIROUS

Les gens de chez nous

Lydia Guirous, jeune femme originaire de notre village Tizi-hibel,  a publié un livre intitulé  “Allah est grand, la République aussi”, dans lequel elle  dénonce "la lâcheté des élites françaises, “complices de la montée de l’islam radical”. Lydia explique:

"Je suis arrivée en France pour vivre dans un pays libre et, au fil des années, j’ai vu cette France, dans de nombreux quartiers populaires, se communautariser et laisser la place à l’islam radical. Ce que nous avions fui avec ma famille en Algérie, nous le retrouvions quelques années plus tard en France, notamment à Roubaix, où j’ai vécu une partie de mon enfance. La France, pour moi et dans mon rêve, ce n’était pas cette France des interdits, du hallal et de la burqa. Être lycéenne à Roubaix, je pensais que cela allait être une parenthèse enchantée dans mon existence. Jamais je n’aurais pensé être obligée de raser les murs pour ne pas subir les insultes des islamistes et des nombreux crétins qui se revendiquent de la religion musulmane. Jamais je n’aurais pensé, dans une école publique, subir la pression et les menaces de certains garçons et de certaines filles parce que je ne faisais pas le ramadan. Jamais je n’aurais pensé que certains enseignants se poseraient la question de l’utilité de la mise en place d’une salle de prière dans l’école de la République française. Pour nous, qui avions fui l’obscurantisme et la barbarie des intégristes d’Algérie, la France représentait un eldorado des libertés… mais certains élus, certains décideurs politiques, ont cédé à la tentation communautaire à des fins électoralistes. Ils ont peu à peu détruit la laïcité et l’idéal républicain, et c’est à partir de là que mon rêve français s’est transformé en cauchemar".

Lydia a fondé un club féministe: "Futur au féminin" et un think tank « Des femmes au service de l’Homme ». Diplômée de l’Université Dauphine, à 25 ans, elle décide de s’engager pour la Femme et pour les femmes. Son site http://www.futuraufeminin.org explique le but de son action.

"En désaccord avec les discours et méthodes des associations féministes « classiques », elle prône un féminisme pragmatique de rassemblement et refusant les discours victimaires et emprunts de compassion qui ne font pas avancer les femmes. Elle milite pour que les femmes prennent toute leur place dans la société et dans tous les champs de la réflexion nationale. Elle est la créatrice de la première cellule de prise en charge psychologique des femmes victimes de harcèlement sexuel, « SOS harcèlement sexuel », au sein des hôpitaux publics avec le Pr. Peretti. Son féminisme est Républicain et pragmatique. Son objectif : que la France redevienne un pays de « vivre ensemble », admirée de tous, dans la continuité de sa glorieuse histoire…"

Elle est membre de l’ UDI de Jean-Louis Borloo.

Intervention de Lydia à Radio France international

http://www.dailymotion.com/video/x2doxls_lydia-guirous-mon-reve-francais-se-transforme-en-cauchemar_news

Mis à jour (Dimanche, 18 Janvier 2015 16:56)

 

Monsieur FRIK

Les gens de chez nous

 

Frik Mohamed, « Monsieur Frik », est né le 9 janvier 1924 à Tizi-hibel. Bachelier, option philosophie en 1945, il devient élève-maitre à l’école Normale de Bouzaréah avant d’être instituteur à l’école Gambetta de Tizi-Ouzou. Après l’Indépendance,  il est  professeur à l’Ecole Jean Maire qui deviendra le collège Mouloud Féraoun de Tizi-ouzou. Monsieur Frik est décédé le 17 février 1986.

Personnage atypique, Monsieur Frik, est une figure exceptionnelle qui a marqué son époque. Outre un savoir étendu et de réelles qualités pédagogiques, il séduisait  par  sa clairvoyance, son anticonformisme et un humour corrosif allié à un sens aigu de la répartie.

Nous voulons, ici, rendre un hommage à cet illustre villageois, baron tranquille, parmi les pères fondateurs de l’enseignement du français en Kabylie.

Le texte qui suit (publié dans le journal  Liberté du 29 mai 2012 sous la plume de Abdennour Abdesselam) évoque Monsieur Frik parmi les personnages atypiques dans notre société. L’auteur a entrepris l’écriture d’un ouvrage consacré à Monsieur Frik. Il lance un appel à tous et toutes, anciens élèves, anciens parents d’élèves,  ami(e)s, collègues et autres pour contribuer par leurs témoignages à la réalisation de l’ouvrage.

 

Envoyer ces témoignages à l’adresse suivante: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Mis à jour (Vendredi, 15 Juin 2012 11:18)

 

Décès de Arezki Idjerouiden PDG de la compagnie Aigle-Azur

Les gens de chez nous

Arezki Idjerouiden PDG du groupe Gofast-Aigle azur est décédé, Dimanche 24 Avril à Paris, des suites d’une longue maladie. Une disparition prématurée qui laisse le souvenir d’un homme d’affaires hors pair, ayant accompli en quelques années une ascension fulgurante dans le monde des affaires en France en commençant tout en bas de l’échelle.

Le parcours est d’autant plus remarquable qu’il a été l’œuvre d’un jeune Algérien arrivé en 1977 en France en quête d’un emploi après des études universitaires dans son pays. Pour faire le chemin qui fut le sien, il aura certainement emporté dans ses bagages, en plus de son diplôme de droit, une ténacité sans limite, un sens du sacrifice et de l’abnégation qui a fini par lui ouvrir la voie de la réussite. A celle-ci, il associera les membres de sa famille, les impliquant au fil des années dans son entreprise florissante — son fils Meziane est aujourd’hui aux commandes d’Aigle Azur — mais a aussi permis aux jeunes issus de l’émigration de trouver un emploi en les recrutant au sein de sa compagnie.

Mis à jour (Jeudi, 28 Avril 2016 16:26)

 

Boudjema Ferguene

Les gens de chez nous

Cheikh boudjemaa ferguene demeure l'une des figures artistiques les plus importantes qui ont marque la vie musical de notre pays durant le XXeme siecle.

Ne le 24 octobre 19

16 a Tizi Hibel dams la wilaya de tiziouzou,cheikh boudjemaa ferguene vecut sa tendre enfance au sein de la casbah d'alger ou ses parents venaient,en 1920 de se reinstaller.
apres la mort de son pere en 1922 il poursuit une scolarite reguliere jusqu'au CEP qu'il obtient en 1931.il se familiarise avec un petit banjo-mandoline qu'il trouve chez un voisin cheikh Bakir,musicien et interprete de son etat. il s'inscrit au cours du professeur de musique et artisan luthier Jean Bellido a l'origine de la fabrication du premier mandole de Hadj M'hamed EL Anka.il assiste en meme temps aux repetitions des chardonnerets de Bab EL Oued(orchestre europeen) ainsi qu'aux ceremonies "Henanis" des veilles de mariage.

Mis à jour (Mardi, 26 Avril 2011 14:45)

 
Plus d'articles...