Home Fathma ath Mansour

Fathma ath Mansour

Fatma ath Mansour

Les gens de chez nous

 

Fadhma Aït Mansour, originaire de Tizi Hibel, est née présumée en 1882. Sa mère était de Taourirt Moussa dans les proches environs.
Leur histoire est douloureuse, voire dramatique. C'est un cas des plus aigus et des plus pénibles de la colonisation française en Algérie. La conversion au christianisme, l'exil, le déchirement et la mort vont parsemer, ponctuer son itinéraire.

C'est en 1946 que Fadhma écrit son livre Histoire de ma vie qui sera publié en 1968 chez Maspero à Paris. Elle meurt le 9 juillet 1967 en Bretagne. Son mari, lui, était issu d'Ighil Ali en petite Kabylie. Mais, écoutons. La mère de Fadhma avait épousé un homme plus âgé qu'elle : il avait un frère beaucoup plus jeune, sans enfant, qui voulait léguer ses biens à sa propre femme. Le frère aîné tend une embuscade à l'écart du village à son cadet et le tue. Il y a refus par l'aîné que le patrimoine familial passe à une autre branche. Mais, tendons l'oreille à ce que nous raconte Fadhma elle-même.

Mis à jour (Mercredi, 03 Décembre 2014 22:47)

 

Taos Amrouche

Les gens de chez nous

Nous n’avons d’autre messagère
Que la gazelle du thym
Qu’elle atteigne le Sahara et nous dise
Le métier du bel adolescent
Jeune homme, prends soin de toi
Le soleil de l’été est piquant.


Marguerite Taos Amrouche est née en 1913 à Tunis. Formée à la double culture berbère et française, elle est la première romancière de langue française. Conjointement, elle s’attache à perpétuer la tradition orale de son peuple. Elle est la seule fille sur cinq enfants.

Elle chantera des poèmes au Festival de Fès en 1939, au Festival de Volubilis en 1964, au Festival des arts nègres en 1966 à Dakar. Elle fit un séjour en 1941 à la Casa Velasquez de Madrid.

Mis à jour (Mardi, 26 Avril 2011 13:45)