Home Idées-débats Tamazight langue nationale et officielle, dites-vous ?

Tamazight langue nationale et officielle, dites-vous ?

Idées

L'avant-projet de révision constitutionnelle présenté par Ahmed Ouyahia stipule dans un article 3 bis : "Tamazight est également langue nationale et officielle". A première vue, c'est une sacrée avancée, cependant le détail se cache dans les détails.

D'abord dans le préambule dont les termes continuent de consacrer le déni amazigh.

L'identité algérienne est la même. Aucune référence à la dimension amazighe pourtant originelle dans ce passage fondateur. "L’Algérie, terre d’Islam, partie intégrante du Grand Maghreb, pays arabe, méditerranéen et africain, s’honore du rayonnement de sa Révolution du 1er Novembre et du respect que le pays a su acquérir et conserver en raison de son engagement pour toutes les causes justes dans le monde". En revanche, le chef de l'Etat a introduit la dimension de réconciliation nationale comme pour la consacrer pour l'éternité.

 

L'amazighité, elle, le socle millénaire, demeure une simple invitée dans ce texte. Un ajout, comme d'autres. Ensuite, il y a ce fameux article 3bis devancé par un article encore plus explicite que dans l'ancienne constitution. "Article 3 : L’Arabe est la langue nationale et officielle. L’Arabe demeure la langue officielle de l’Etat.

Il est créé auprès du Président de la République, un Haut Conseil de la Langue Arabe. Le Haut Conseil est chargé notamment d’œuvrer à l’épanouissement de la langue arabe et à la généralisation de son utilisation dans les domaines scientifiques et technologiques, ainsi qu’à l’encouragement de la traduction vers l’Arabe à cette fin. En lisant on voit bien qu'il y a une hiérarchisation évidente aux yeux des rédacteurs de cette mouture. Il y a d'abord l'arabe, langue officielle de l'Etat, ensuite tamazight, langue nationale officielle. Point barre.

"L’Académie qui s’appuie sur les travaux des experts, est chargée de réunir les conditions de promotion de Tamazight en vue de concrétiser, à terme, son statut de langue officielle." C'est donc la création de l'académie qui va finalement consacrer l'officialisation de tamazight. Pas l'inverse.

Il est manifeste que cette langue, aux yeux des limiers de cet avant-projet de constitution, n'est pas à la hauteur d'être une langue officielle. Les rédacteurs ignorent-ils les travaux réalisés ou entendent s'assoir dessus ? L'habillage linguistique qui véhicule l'ensemble des propositions est diablement bien charpenté pour créer l'illusion d'une réforme profonde. Mais la première lecture de cet avant-projet de révision constitutionnelle, on est enclin à croire, si le texte reste inchangé, que l'avancée est minime. Tamazight, langue et culture de ce pays, attendra malheureusement encore.

Yacine K.   Le matin d'Algérie 5/1/2016

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir