Home reunions au village ete 2011

Reunions au village été 2011

projet élimination des déchets

 

Compte rendu des deux réunions tenues  en Juillet et Aout 2011 au village

La présence de nombreux Tizi-hibéliens au village, cet été, a été l’occasion d’expliquer et de populariser le projet d’organisation de l’entretien des espaces collectifs et d’élimination des déchets ménagers du village. Outre l’assemblée tenue en février 2011, deux autres réunions publiques ont été organisées fin juin et fin juillet dans l’enceinte de l’école pour  informer les citoyens et recueillir leurs opinions. Comme de coutume, seuls les hommes étaient présents bien que le sujet concerne avant tout les femmes à qui incombe plus particulièrement la gestion des ordures ménagères des foyers. Nous avons, d’ailleurs,  de larges échos de l’empressement de celles-ci à voir les promoteurs du projet passer à l’acte et trouver enfin la solution adéquate à cette épineuse question.

Les villageois résidents ont manifesté le plus grand intérêt à la démarche. La perspective d’un village propre, assaini et  doté d’équipements fonctionnels a, évidemment, séduit. D’autant que l’obstacle lié à la disponibilité d’un terrain pour le tri et l’enfouissement des déchets résiduels est levé par la mise en service imminente du centre d’enfouissement communal. D’autant, également, que la  réalisation de ce projet crée les conditions pour la mise en œuvre du projet plus ancien d’aménagement de l’espace de Agoudhou pour accueillir une salle polyvalente destinée aux jeunes du village.

Ces réunions ont permis de lever des doutes et de répondre à des interrogations, notamment celles ayant trait au bien fondé du projet et à la légitimité de ses initiateurs, l’Association des résidents en France,  à le proposer et à le porter.

Tout ceci a conduit les  villageois présents à se déclarer partisans du projet.

 

Voici, résumé, le contenu de la présentation faite au cours de ces assemblées.


1-But du projet.

a-   Organiser l’entretien des espaces collectifs du village pour remédier à la dégradation continue des routes, des conduites d’eau et d’assainissement, du réseau d’éclairage public, de l’état des cimetières, pour mettre un terme aux nuisances sonores, à l’occupation indue des espaces collectifs, etc…

b-  Eliminer les déchets ménagers qui polluent et défigurent le village. Il s’agit de supprimer les amas qui prolifèrent en mains endroits et plus particulièrement l’innommable et honteux dépotoir de tawcict qui perdure dans une surprenante indifférence générale.

2- Moyens matériels et humains nécessaires

a-   Moyens matériels

-    Des équipements tels que tracteur, benne articulée, treuil de levage, outillage divers, etc…

-     Installation de six niches de collecte des ordures ménagères avec deux bacs colorés par niche permettant le tri sélectif des déchets

-     Aménagement d’un garage-atelier à Agoudhou pour recevoir et entretenir les équipements.

b-     Moyens humains

Un salarié, dans un premier temps et peut-être deux, à terme, seront employés par l’association chargée de la gestion de cette activité. Ces employés disposeront des équipements nécessaires pour

-        Entretenir les lieux et les équipements collectifs du village,

-    Superviser l’élimination des déchets ménagers par l’entretien des bacs et des niches de ramassage, l’incitation à la pratique du tri sélectif, l’enlèvement des déchets recyclables par des entreprises de récupération et, le cas échéant, en cas de manquement des services communaux, l’évacuation vers le centre d’enfouissement  des déchets du village.

3- L’organisme de gestion de l’activité: L’ATPE

Pour gérer l’activité ci-dessus, il est proposé la création d’une Association Tizi-hibel pour la Protection de l’Environnement. Cette  initiative a suscité, chez quelques résidents du village, des  interrogations qui appellent  des explications.

Pourquoi l’Association Tizi-Hibel pour la Protection de l'Environnement (ATPE) ?

Le projet consiste à créer au village une activité d’intérêt général pérenne. Cela implique au moins trois conditions

1-     L’activité est légale et soumise aux règles juridiques et à la législation en vigueur.

2-   L’activité est gérée par une structure  légale, officiellement agréée, et par conséquent, opposable à l’Administration et aux tiers. C’est le cas de l’association agrée.

3-  L’activité doit, autant que possible, relever d’une catégorie professionnelle ayant pour vocation l’objet même du projet, ici, la protection de l’environnement.

L’ATPE  satisfait à ces conditions. C’est une association légale, en cours d’agrément, qui a pour objet la préservation de l’environnement. Elle est par conséquent éligible à la conduite du projet. Cela, d’autant qu’il n’existe au village aucune structure légale ou non qui ait initié un quelconque projet d’intérêt général ou seulement exprimé le désire de porter celui proposé.

Par delà ces observations de principe, il faudrait évoquer d’autres arguments en faveur de l’ATPE.

1-     La question de la protection de l’environnement semble être devenue, depuis quelques temps une préoccupation réelle des autorités. Des fonds sont débloqués en faveur des projets associatifs orientés vers la protection de l’environnement et du cadre de vie. L’élu du village à l’APW en a apporté la confirmation au cours du rassemblement de fin juillet au village.

L’ATPE s’inscrit complètement dans ce cadre et peut donc capter des financements en faveur des projets du village.

2-     Faut-il le préciser, la création de l’ATPE n’est pas contradictoire de l’existence de comités de village. Il s’agit de structures de natures différentes qui ne sont pas exclusives l’une de l’autre. L’ATPE a pour objet la préservation de l’environnement et du cadre de vie des citoyens tandis que le Comité de village qui n’est officiellement qu’une instance à vocation sociale peut, lorsqu’il existe véritablement, incarner, au regard de la tradition, une autorité morale, celle de Tajmat, reconnue par la communauté villageoise. A ce titre, il acquiert un rôle de médiateur entre les citoyens et se pose en garant de la sécurité et de la quiétude des villageois.

Il apparait ainsi que notre village gagnerait à ce que ces deux structures, Comité de village et ATPE, coexistent et agissent de concert dans l’intérêt bien compris de tous les Tizi-hibéliens.

3-     Ajoutons, enfin, que l’ATPE est conçue comme une structure ayant pour vocation de représenter les Tizi-Hibéliens quelque soit leur lieu de résidence. Cela  tient à son  objet même, qui est de préserver un patrimoine commun, le village, qui nous appartient à tous également. L’Association est fondée à l’initiative d’un collectif de villageois volontaires. Sitôt constituée officiellement, elle procédera à l’adhésion de tous les Tizi-Hibéliens qui adhérent au projet.

Mis à jour (Mercredi, 02 Novembre 2011 01:00)

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir